Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Spectacle L'Amant-L'Amant de la Chine du Nord / Maud Andrieux / Compagnie du Barrage les jeudi 6, jeudi 20, mercredi 26 et jeudi 27 avril 2017 à 20h

     

    maud amant.jpgMaud Andrieux interprète l’œuvre qui fit connaître Marguerite Duras au grand public en recevant le prix Goncourt.

    «La voix captivante de Maud Andrieux se love dans les plis de la prose Durassienne pour faire entendre la petite musique de cette écriture fascinante. Ainsi soutenue par une composition musicale subtile et cristalline que l'on doit à Marco Gomes, la mise en jeu sensuelle de Maud Andrieux nous transporte dans l’Indochine des années 30 qui, comme un paysage qui émergerait de l’oubli, voit ses contours se dessiner au gré des mots égrenés. L’Indochine de Duras est là, bien vivante, à portée de nos sens.» Yves Kafka Inferno Magazine

    Ce qui est particulièrement intéressant dans l'histoire de Duras c'est le renversement qui s'opère entre le statut de colons français respectés, tant que le père de Duras est encore présent en Indochine, à celui de laissés pour compte, après sa mort, et qui les met presque au même rang que celui des indigènes du Delta du Mékong.  Véritable découverte érotique et sensuelle, Duras restera imprégnée de cette expérience toute sa vie et s'inspirera de ce cadre indochinois jusqu'au ressassement. Le spectateur immergé dans cette France des colonies, voyagera au cœur de l'écriture autobiographique de Duras tout en restant fasciné par la musicalité de ses textes, bouleversants de justesse.

    Textes extraits de L'Amant, L'Amant de la Chine du Nord de Marguerite Duras

    Adaptation théâtrale Maud Andrieux

    Mise en scène et Interprétation: Maud Andrieux

    Création Sonore: Marco Gomes

    Création Lumière: Frédéric Paquet

    Photographie: Sylvain Norget

    Spectacle les Jeudi 6 Avril, Jeudi 20 Avril, Mercredi 26 et Jeudi 27 Avril 2017 à 20h

    Ouverture des portes à 19h30

    0 commentaire
  • Savannah Bay / Catherine Robbe-Grillet et Beverly Charpentier le vendredi 28 avril 2017 à 20h

    IMG_1630 (1).JPGRencontre avec Catherine Robbe-Grillet et Beverly Charpentier à la Station Ausone de la Librairie Mollat le 27 avril à 18h pour un entretien animé par Valérie Fontalirant, Spécialiste de Marguerite Duras.

    Catherine Robbe-Grillet est écrivain tout d'abord sous le nom de Jeanne De Berg, puis sous son propre nom par la suite. Elle est l'épouse du célèbre Alain Robbe-Grillet, écrivain du mouvement Nouveau Roman (décédé en 2008). Avec lui elle découvre l'univers du sadomasochisme, qui sera le thème de quelques-uns de ses ouvrages.

    C'est en 2014 qu'elle interprète Madeleine dans Savannah Bay de Marguerite Duras aux côtés de Beverly Charpentier, sa metteur en scène et compagne. Elle se sont notamment produites à Canton, Nankin et Shanghaï en 2014 puis en 2015 et 2016 en Afrique du Sud et en France. Pour cette saison TMD 2017, elles nous font l'honneur de présenter cette merveilleuse production pour le grand plaisir des Durassiens Bordelais lors d'une soirée exceptionnelle.

    Par quel hasard se fait-il que Catherine Robbe-Grillet et Beverly Charpentier jouent "Savannah Bay" de Marguerite Duras?

    En réalité il n'y a là aucun hasard, mais une heureuse conjonction.

    L'histoire a commencé en Chine en 2014.

    2014 était l'année du cinquantenaire de la reconnaissance de la Chine par la France. Chen Tong, éditeur et mécène chinois, a proposé aux actrices Catherine Robbe-Grillet et Beverly Charpentier de participer à l'événement en y présentant une pièce de théâtre en français.

    Elles étaient ravies.

    Mais aller en Chine pour jouer quelle pièce?

    Elles n'ont pas hésité. Elles avaient l'impression que Savannah Bay de Marguerite Duras aurait pu être écrite pour elles. Il n'y a que deux actrices : une vieille dame et une femme plus jeune, dont le rapport d'âge est le leur, puis, il y a une telle ressemblance dans la complicité et l'amour que se portent ses deux femmes que, disent-elles, "nous avons, quelquefois, l'impression très forte que Duras nous a volé nos propres mots".  

    Dans la pièce il y a trois femmes, dont la principale, Savannah, n'apparaît jamais, car elle est morte depuis longtemps, noyée le soir de ses couches - peut-être exprès, peut-être pas - après une grande et brève passion tragique qui a donné naissance à une petite fille nommé, elle aussi, Savannah.

    Chaque jour, à la demande de la jeune femme, la vieille dame essaie de raconter cet amour absolu, sa fin tragique et la naissance de l'enfant.

    Les flottements dans la narration sont dus à la mémoire défaillante de la vielle dame ou, peut-être, à ses mensonges suscités par une certaine lassitude à raconter, jour après jour, cette histoire ancienne et douloureuse.

    Qui sait...

     

    Deux femmes explorent les méandres de la mémoire pour évoquer un événement dont elles n'ont pas été témoins mais qui a bouleversé leur vie : le suicide d'une jeune femme à Savannah Bay, au lendemain de son accouchement.

    À Savannah Bay, petite ville du Siam, une jeune femme de seize ans et un jeune homme inconnu ont vécu une passion amoureuse intense. Ils se rencontraient au milieu de la mer, sur une pierre blanche léchée par les vagues. Mais cette jeune femme est morte après avoir accouché. Suicidée, sans doute. Madeleine, sa mère, comédienne célèbre et aujourd'hui âgée, tente de se souvenir, face à une femme plus jeune qui la questionne sur l'événement, mais elle perd la mémoire. Entre réminiscences incertaines et affabulation, silences et immobilité, un dialogue s'instaure entre les deux femmes. Une seule certitude demeure : la pierre blanche de la rencontre des deux amants... Obsession de l'amour, de la mort, de la mémoire et de l'oubli, tous les thèmes chers à Marguerite Duras sont là, avec "le souvenir de l'amour quand il rencontre la mort et qu'il ne peut pas se vivre".

    "Tu ne sais plus qui tu es, qui tu as été, tu sais que tu as joué, tu ne sais plus ce que tu as joué, ce que tu joues, tu joues, tu sais que tu dois jouer, tu ne sais plus quoi, tu joues. Ni quels sont tes rôles, ni quels sont tes enfants vivants ou morts. Ni quels sont les lieux, les scènes, les capitales, les continents où tu as crié la passion des amants. Sauf que la salle a payé et qu'on lui doit un spectacle.

    Tu es la comédienne de théâtre, la splendeur de l'âge du monde, son accomplissement, l'immensité de sa dernière délivrance. Tu as tout oublié sauf Savannah, Savannah Bay. Savannah Bay c'est toi."

    Source : Théâtre Contemporain.net

    Soirée exceptionnelle de clôture le vendredi 28 avril à 20h

    Ouverture des portes 19h30

    0 commentaire
  • Carte Blanche du Président le mercredi 19 avril 2017 à 20h


    Soirée spéciale concoctée par le Président de la Cie du Barrage, Frédéric Galy autour de la poésie contemporaine.

     
    La soirée se déroulera en deux parties :
     
    17380120_755390447958841_1701955516_o.jpg- 1ère partie : Lecture des textes de l'auteur de poésie contemporaine Carles Diaz accompagné par les élèves du Conservatoire de Musique de Bordeaux, LES DOUBLES 2. Pierre et Vincent, amis de longue date, étudient tous deux le jazz au Conservatoire de Bordeaux et aiment jouer de la musique ensemble depuis toujours.
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    - 2ème partie : Chanteur Espagnol MIGUEL BLANCO : Site internet 
                                                                     
     MIGUEL BLANCO.jpg
     

    Spectacle le Mercredi 19 avril à 20h

    Ouverture des portes 19h30

     

    0 commentaire
  • Spectacle La Vie Matérielle / Catherine Reillat-Pesquet les mercredi 12 et vendredi 21 avril 2017 (20h)

    catherine.jpegElle prépare la soupe pour les hommes et les enfants. Elle cuisine l'écriture de même, à partir de la liste des produits indispensables: mélange d'images récurrentes, d'apparitions, de souvenirs et de visions pour élaborer l'obsédante et nécessaire matière de son oeuvre. M.D. la sorcière.

    Catherine Reillat-Pesquer, durassienne d'entre les durassienne, nous propose son adaptation de La Vie Matérielle de Duras. 

    «Ce livre n'a ni commencement ni fin, il n'a pas de milieu. Du moment qu'il n'y a pas de livre sans raison d'être, ce livre n'en est pas un. Il n'est pas un journal, il n'est pas du journalisme, il est dégagé de l'événement quotidien. Disons qu'il est un livre de lecture. Loin du roman mais plus proche de son écriture - c'est curieux du moment qu'il est oral - que celle de l'éditorial d'un quotidien. J'ai hésité à le publier mais aucune formation livresque prévue ou en cours n'aurait pu contenir cette écriture flottante de "La vie matérielle", ces aller et retour entre moi et moi, entre vous et moi dans ce temps qui nous est commun.» Marguerite Duras. 

    Spectacle Le Mercredi 12 avril et Vendredi 21 avril 2017 à 20h

    Ouverture des portes 19h30

    page01.jpg

    0 commentaire
  • Spectacle Madame Dodin / Pauline Phélix / Collectif Lophophore les samedi 22 à 20h et dimanche 23 avril à 16h 2017

    dodin.jpegPourquoi que chacun il la viderait pas, sa poubelle ? Pourquoi faut-il qu’il y en ait qu’une seule qui vide les chiures de cinquante autres ?… Ainsi s’exprime, en prose délicate, la maléfique Mme Dodin, notre concierge. Nous la suivons l’œil collé au carreau de la fenêtre pour l’apercevoir vociférer. Chaque matin, elle sort les poubelles du 5 de la rue Sainte-Eulalie. Elle déteste ça et nous le rend bien : en bonne sexagénaire autoritaire elle tyrannise ses locataires à grands coups de beuglements injurieux qui hantent les échos de la cour d’immeuble. Mais Mme Dodin, cette concierge peu ordinaire, a dans son ordinaire condition, un secret bien loin de ses égosillements menaçants : elle est amoureuse de Gaston le balayeur du quartier. Véritable ode aux petites gens, cette pièce, adaptée d’une nouvelle de Marguerite Duras, nous fait voyager entre la poésie de la simplicité, et la drôlerie de la cruauté.

    Romain Arnaud-Kneisky, le metteur en scène, débute sa formation artistique au Théâtre du Chêne Noir et au Conservatoire d’Avignon. Après des études à l ’ESAD, il participe à une vingtaine de créations dont : Harold et Maude, Le Malade Imaginaire, Pour un oui ou pour un non, Le Bain de JL Lagarce, Carapaces de Christian Siméon, Love ans Information. En 2014 il participe à la création du Lophophore Cie et met en scène Les Règles du Savoir-Vivre dans la Société Moderne. 

    Pauline Phélix, comédienne, originaire de Duras (détail qui mérite, pour une fois, d’être évoqué) et titulaire d’un master en études théâtrales (Paris III/Sorbonne Nouvelle), Pauline Phélix est également diplomée en Art Dramatique au conservatoire du XIVe arrt de Paris (N. Bé- cue), ainsi qu’en Art de la Marionnette au conservatoire d’Amiens (Sylvie Baillon). Désormais, elle joue dans plusieurs spectacles comme Les Règles du savoir-vivre dans la Société Moderne de Jean-Luc Lagarce, Tandem et Antigone ainsi qu’en tant que marionnettiste au sein de la compagnie Xzart en France et à l’étranger.

    Jonathan Bablon, scénographe, est un artiste plasticien diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Tour s en 2011. Depuis il développe ses créations au sein de différentes expositions individuelles et collectives (CAC La Rochelle/ ESBA Tour s/ Koon Gallery New Delhi/ L’Annexe de Saint Avertin...) ainsi qu’un travail de décorateur pour le cinéma et la télévision. Il participe également à la construction et/ou conception de scénographies pour diverses compagnies théâtrales (Les passeurs d’ondes, Théâtre 13, Compagnie des Perspectives). La scénographie de Mme Dodin est sa seconde collaboration avec la compagnie Le Lophophore.

    Mise en scène: Romain Arnaud-Kneisky

    Scénographie: Jonathan Bablon

    Comédienne: Pauline Phélix

    Spectacle le Samedi 22 à 20h & le Dimanche 23 à 16h

    Ouverture des portes 19h30 et 15h30

    0 commentaire