Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TMD

  • Maud Andrieux, son actualité théâtre et à l'écran par Julian Stocky

     

    maudandrieux, theatre, television, petissecretenfamille, rencontresmargueriteduras, theatre, julianstocky

    On pourra vous retrouver le week-end du 3 et 4 octobre à Trouville-sur-Mer pour les 25è rencontres Marguerite Duras. Comment présenteriez-vous ces animations ?

    Ces rencontres Marguerite Duras n’ont pas toujours eu lieu à Trouville, elles ont eu lieu aussi à Duras,  village du Lot et Garonne, où Marguerite Duras revenait quand elle rentrait d’Indochine enfant. C’était le village de son père. Elle s’appelait Marguerite Donnadieu et a pris le nom de Duras, en hommage à son père décédé alors qu’elle n’avait que 4 ans, en souvenir de ce lieu de l'enfance.

    Ces Rencontres Marguerite Duras initiées et présidées par l'auteur Alain Vircondelet, prennent place depuis de nombreuses années à Trouville-sur-Mer, le premier week-end d’octobre, avec au programme une exposition photographique, 3 artistes viendront exposer cette année, du théâtre, des lectures et conférences et la projection d'un film. Le thème de cette année est la Maison. Les lieux qui ont inspiré Marguerite Duras, ses lieux de vie aussi. Trouville en est un, elle avait un appartement aux Roches Noires, qui donne sur la mer. Chaque année, le spectacle a lieu dans ce hall, un endroit magnifique. Cause Covid, tout aura lieu à l’hôtel de ville cette fois-ci, c’est pourquoi il est important de réserver car, malheureusement, la jauge sera restreinte.

    L'exposition proposera des photos des Roches Noires, de Neauple-le Château, lieux de vie, d'écriture et de tournage de ses films, et du Platier à Duras où Marguerite Duras rentrait l’été. Maintenant, c’est une sorte de domaine laissé à l'abandon car la maison s’est déconstruite. C’est devenu une sorte de jungle. C’est aussi très intéressant vis-à-vis de son œuvre, elle qui a grandi dans une jungle au Cambodge et au Vietnam. J’ai eu l’occasion de voir ces photographies, elles sont très émouvantes et inspirantes. Elles sont un fort référent à l’œuvre de l’auteure.

    La comédienne Judith Magre interprètera Ecrire publié en 1993 et je ferai, quant à moi, des lectures du roman lauréat du Prix Marguerite Duras qui sera décerné le samedi midi à l'Ouverture de ces deux journées de Rencontres Durassiennes. Je participerai également à la table ronde du dimanche matin, sur les lieux d’écriture et sur les lieux d’inspiration de Duras. J’y ferai des lectures qui étaieront les interventions des spécialistes de son œuvre. J’y apprends toujours plein de choses, ce sont des mines d’or pour la jeune passionnée de son œuvre que je suis depuis 20 ans.

    On imagine votre joie de participer à ce bel événement ?

    Ça me tient à cœur d’être là, pour la sixième année. L’année dernière, j’avais présenté un spectacle que j’avais créé au Cambodge avec la violoncelliste Cécile Lacharme, recueil de plusieurs textes qui suivent le parcours de la mendiante de Battambang le long de la plaine des Oiseaux. J’ai l’habitude de jouer depuis plus de quinze ans dans les Instituts français et Alliances françaises partout dans le monde, particulièrement au Cambodge, au Vietnam, en Inde et au Népal. Je m’intéresse principalement à l’œuvre Indochinoise de Marguerite Duras, son enfance, son adolescence, toute sa construction intime et personnelle. On y retrouve souvent des ressorts intrinsèques à son passé. Je pense notamment à un personnage que je travaille depuis une dizaine années, celui d'Anne Marie Stretter. Une femme qu’elle a croisée quand elle était enfant. C’était la figure féminine pour elle, libre, maternelle, à l’opposé de sa mère. Personnage à la fois sulfureux et d’une beauté inimaginable, dont le Vice-consul, interprété par Michael Lonsdale, qui vient de nous quitter, dans le film India Song de M. Duras, disait: Certaines femmes rendent fous d'espoir, celles qui ont l'air de dormir dans les eaux de la bonté sans discrimination... celles vers qui vont toutes les vagues de toutes les douleurs, ces femmes accueillantes.MD

    Je crée mes spectacles en France depuis plus de quinze ans, j’adapte les romans de Marguerite Duras et non pas ses textes de théâtre dont je me sens moins proche. Je les adapte sous la forme de monologues pour la scène, je suis donc seule, avec une bande sonore cinématographique très importante, qui vous plonge dans le Saigon des années 20, avec les bicyclettes, les bruits, les vendeurs ambulants de soupe… Je me sens extrêmement concernée par cette période-là, par la guerre d’Indochine aussi après. Ça m’intéresse de les jouer en France auprès d’un public français mais ça m’intéresse aussi beaucoup d’aller questionner les étudiants qui apprennent notre langue dans les Instituts et Alliances françaises dans les pays que j’ai évoqués. Je leur parle aussi de ma passion pour l’écriture de Marguerite Duras. On évoque ces histoires qui nous lient. Je suis toujours émerveillée, depuis quinze ans, de leurs retours.

    la suite en cliquant ci-dessous... Merci Julian Stocky

    Les Rencontres Marguerite Duras, et l'actualité de la comédienne Maud Andrieux

    1 commentaire
  • Hommage à Christian Gamaury

    christian.jpg

     

    Nous avons appris avec stupeur et tristesse le décès de l'Artiste Christian Gamaury hier.
    Sur sa proposition, la Cie du Barrage avait posé ses valises en 2014 et ouvert le Théâtre Marguerite Duras Itinérant dans son merveilleux atelier au 25, rue du Couvent à Bordeaux en dehors des tournées internationales.
    Lieu de programmation culturelle, de spectacles, de concerts, de lectures, de rencontres, de projections de documentaires, Christian nous accueillait et se réjouissait de voir un public toujours plus grand se réunir chez lui. Ce lieu nous a permis de nous associer et de partager une passion commune, l'Art qui fait naître l'émotion. Cette émotion qui nous fait nous accomplir lors de chaque création à travers le retour du public.
    Repose en paix Christian, toute l'équipe de la Cie du Barrage- Théâtre Marguerite Duras Itinérant se joint à moi et présente ses plus sincères condoléances à tes trois enfants.
    Maud Andrieux
    Directrice artistique de la Cie du Barrage

    1 commentaire
  • Revoir le live Inde/ France ConFRENCHment Alliance Françaises de Pune et du Bengale

    Voici un retour sur l'adaptation théâtrale de Maud Andrieux de Son nom dans Calcutta désert. L'histoire d'Anne-Marie Stretter, à Calcutta dans les années 30, que vous avez pu voir sur vos écrans grâce à la merveilleuse performance de Maud Andrieux.

    Here's looking back at Maud Andrieux's theatrical adaptation of Son nom de Venise dans Calcutta désert. The fictional story of Anne-Marie Stretter, set in Kolkata in 1930's, was brought to life on our screens through a wonderful performance by Maud in confinment in Paris.

    Alliance Française de Pune

    Cliquez ci-dessous pour accéder au live et à la rencontre

    Son nom de Venise dans Calcutta désert LIVE Maud Andrieux

    0 commentaire
  • Live ConFRENCHment Inde/France avec la comédienne Maud Andrieux

    Vendredi 8 mai 2020 à 14h heure de Paris et 17h30 heure Indienne, la comédienne Maud Andrieux sera en direct pour un extrait de son nouveau spectacle Son nom de Venise dans Calcutta désert de Marguerite Duras, suivi d'une rencontre avec les étudiants des Alliances Françaises de Pune et du Bengale. 

    Rv via Zoom ou la page Facebook de L'Alliance Française de Pune et L'Alliance Française du Bengale en Inde

    0 commentaire
  • 5 & 6 octobre 2019: 24èmes Rencontres Marguerite Duras de Trouville-sur-Mer

    Cette année, 24èmes Rencontres Marguerite Duras de Trouville-sur-Mer, avec de nouveau un très beau programme d'expositions, de conférences et lectures! Le Théâtre Marguerite Duras Itinérant présentera sa création Le Cambodge de Marguerite Duras le dimanche 6 octobre  à 15h dans la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville. Cette Création réalisée pour l'Inauguration de la saison culturelle de l'Alliance Française de Siem Reap au Cambodge, retrace le parcours de la mendiante de Battambang suivant les courbes du Tonlé Sap cheminant intérieurement, chassée de sa famille, seule, aux limites encore de la folie et de la faim... 

    Adaptation et Interprétation: Maud Andrieux

    Violoncelle: Cécile Lacharme

    Durée 1h - Réservation obligatoire Office du Tourisme: 02 31 14 60 70

    Duras Programme 2.png

     Marguerite Duras, Trouville-sur-Mer,Macha Méril, Maud Andrieux, Jocelyne Sauvard, Cécile Lacharme

    1 commentaire
  • Le Cambodge de Marguerite Duras Interview de Maud Andrieux

    Interview, Maud Andrieux, Marguerite Duras, Le Cambodge de Marguerite Duras, Angkor Village, Patrick Kersalé,

    A l'occasion de ses représentations au Cambodge, la metteur en scène et comédienne Maud Andrieux parle à Patrick Kersalé de sa passion pour Marguerite Duras et de son travail théâtral entrepris depuis 15 ans autour de cet auteur en France et dans le monde.

    L'Interview de Maud Andrieux réalisée par Patrick Kersalé

    Droits Patrick Kersalé/ Tuktuk - Merci à l'artiste Theam de nous avoir permis la réalisation de ce film dans sa maison- galerie.

     

    0 commentaire
  • Le Cambodge de Marguerite Duras Alliance Francaise de Siem Reap- Temples d'Angkor 19 mars 2019

     

    Maud Andrieux, Marguerite Duras, Cecile Lacharme violoncelle, alliance francaise siem reap, temples d'Angkor, Tonle-sap, cambodge, serge bellini, la mendiante, duras, theatre marguerite duras, comedienne durassienne

    Invitée de l'Alliance Française de Siem Reap- Temples d'Angkor  au Cambodge, la comédienne et metteur en scène Maud Andrieux interprètera Le Cambodge de Marguerite Duras, adaptation qu'elle a réalisé spécialement pour la Fête de la francophonie ce 19 mars 2019. Elle sera accompagnée par la violoncelliste Cécile Lacharme sur des musiques de Carlos d'Alessio.

    Le Cambodge de Marguerite Duras 
    Marguerite Duras est née en Cochinchine à Gia-Dinh le 4 avril 1914. Ses parents instituteurs, enseignent au Vietnam puis à Phnom Penh en janvier 1921. Très peu de temps après cette prise de poste, le père de Marguerite, Pierre et Paul ses frères, se doit d'être rapatrié en France : il est souffrant. Il mourra de dysenterie et d'une congestion pulmonaire. Après un bref séjour en France, la famille Donnadieu rentre au Cambodge où un nouveau poste attend la mère dans le delta du Mékong.
    Pour Marguerite, petite fille de 10 ans, la vie est très différente de celle qu'elle a connu à Hanoï ou Phnom Penh. Elle rencontre une nature environnante luxuriante, une brousse vierge, un fleuve étale. C'est aussi le début d'une conscience, dans l’ambivalence d’une fascination et d’une condamnation des mœurs coloniales, dans une naissance à l'amour, marquée par les différences entre les classes sociales et un trouble rapport à l’argent. L’achat de la fameuse concession en 1927 par la mère de Duras se trouve à Prey-Nop, au sud du Cambodge. Son histoire, autobiographique est racontée dans Un barrage contre le Pacifique. Elle se battra pendant des années pour rendre cultivables des terres annuellement envahies par la mer.
    « Un jour, une mendiante est arrivée. Elle était blessée à la jambe et portait un enfant auquel la malnutrition ne permettait pas de donner d’âge. Ma mère a recueilli la petite fille, et donné de l’argent à la mendiante qui est repartie vers le nord. Cette femme, aux différents âges de ma vie, je l’ai vue, je pense être sincère quand je dis que j’y ai toujours pensé depuis... » .
    C'est la rencontre avec ce personnage de la mendiante qui chante inlassablement et qui répète Battambang, sa ville natale, dont elle est chassée parce qu'enceinte. Elle remonte le Tonlé Sap et finit par rencontrer Marguerite et sa mère sur un marché cambodgien. A partir de ce moment là, elles sont reliées toutes les trois, à cette petite fille, née entre temps et qui survit. Histoire vraie. Histoire de femmes. Histoire qui cimente l’œuvre de Marguerite Duras et qui prend forme dans de nombreux de ses romans dont Le Vice-consul.
    La mendiante devient l'héroïne d’un périple digne d’une épopée : des centaines de kilomètres la sépare de son point de départ, elle marche avec un pied purulent, elle survit à toutes les maladies et à toutes les misères. Elle est « la » mendiante mais aussi l’enfant victime d’une mère terrifiante, l’adolescente rejetée, la jeune fille que les hommes s’approprient et qui se bat, à sa manière, pour survivre à l’injustice de son destin.

     

    0 commentaire
  • L'Amant à Chandigarh University

     

    20181027_103901.jpg

    Nous nous posons à Chandigarh pour la troisième fois, heureuses de revenir dans cette ville du Penjab célèbre par son quadrillage et ses bâtiments pensés par Le Corbusier où nous avions eu la chance de visiter Le Capitole et le Rock Garden précédemment. Après un passage communication et point presse à l'Alliance Française, nous nous dirigeons vers le campus universitaire où nous allons procéder au montage du spectacle. 

    Quelques heures plus tard, le montage effectué avec l'aide des techniciens, la salle de l'auditorium P.L. Anand se remplit. C'est l'heure du spectacle. Un élève de l'Alliance se charge du sous-titrage. L'Amant de Marguerite Duras s'installe sur cette scène en plein milieu du campus et les mots de Duras résonnent sous les ventilateurs plafonniers et à l'ombre des frangipaniers. Mission accomplie et discussion improvisée à la sortie avec certains étudiants et acteurs locaux, il est temps de ranger et de repartir direction Pune!

     

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

     maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

    IMG-20181027-WA0085.jpg

    Maud Andrieux, marguerite Duras, tournée indienne, India tour, alliances françaises

    20181027_200728.jpg

    IMG-20181027-WA0031.jpg

     IMG-20181027-WA0019.jpg

    IMG-20181027-WA0076.jpg

    IMG-20181031-WA0024.jpg

     

     

     

    0 commentaire
  • L'Amant à Bombay University

    20181220_095510.png

    20181220_095157.png

    20181220_095308.png

    20181220_095542.png

    Bonheur de jouer au sein du campus de l'université de Bombay et de rencontrer les élèves du département de Français ainsi que leur présidente Vasumathi Badrinathan qui nous a accueilli chaleureusement. Après un passage dans les classes, place au montage du décor et des lumières dans l'auditorium. Les réglages effectués avec l'aide précieuse de Lou Macheprin de l'Alliance Française de Bombay, le spectacle commence devant une salle pleine. 

    20181220_095139.png

     

    20181220_095425.png

    20181220_095802.png

    S'en suivra un bord de scène palpitant d'émotion et de questions de la part du public.  

    20181220_093859.png

    20181101_132115.jpg

    20181220_095634.png

    20181031_170648.jpg

    20181220_095735.png

     

    20181220_101627.png

    20181220_095824.png

     

    1 commentaire
  • L'amant au Mazda Hall de Pune

    Extraordinaires rencontres à Pune débutant le matin à l'Alliance Française où nous avons rencontré les étudiants à la bibliothèque. Préparés à notre venue, Laetiticia et les professeurs avaient travaillé en amont sur des extraits de L'Amant, les étudiants déjà immergés dans l' atmosphère  du livre, ont échangé avec Maud sur l'adaptation des deux romans, du montage, de la scénographie, de l'enfance de Marguerite Duras au Vietnam, du parti pris scénique, du film de Jean-Jacques Annaud.... 

    IMG-20181030-WA0017.jpg

    IMG-20181031-WA0086.jpg

    IMG-20181030-WA0022.jpg

    IMG-20181031-WA0033.jpg

    20181102_222751.jpg

     

    L' heure du montage au Mazda Hall approchant, Maud à répondu à une interview par téléphone d'une journaliste de Bombay pour le lendemain avec l'aide de Ketaki la formidable coordinatrice culturelle, puis départ pour la salle, installation du décor, des projecteurs, lumières, sons, sous-titres et  répétition générale avec l'équipe technique de choc rompue aux installations artistiques avec un manager artiste lui-même qui comprenait parfaitement la scénographie créée par Maud. C' est déjà l'heure de la représentation qui se passe à merveille devant une salle pleine et captivée. 

    FB_IMG_1541080958318.jpg

     

    FB_IMG_1541080835925.jpg

     

    Maud Andrieux, marguerite Duras, tournée indienne, India tour, alliances françaises

    Screenshot_20181102-223155.png

    Maud Andrieux, marguerite Duras, tournée indienne, India tour, alliances françaises

    IMG-20181031-WA0115.jpg

    IMG-20181031-WA0107.jpg

    IMG-20181031-WA0101.jpg

    Photographies Mounir Habib

    Sophie Dutheil

    Sophie Balagayrie

     

    1 commentaire
  • Chennai-Madras: Début de la Tournée Indienne de l'Amant de Marguerite Duras avec Maud Andrieux

     

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

    25 octobre 2018, ce moment tant attendu arrive: nous commençons la Tournée Indienne de L'amant de Marguerite Duras à l'Alliance Française de Chennai-Madras. Nous rencontrons l'équipe culturelle et technique et nous mettons au montage pour la représentation du soir même à l'Auditorium Edouard Michelin. Charles, le directeur technique et ses techniciens sont rapides et extrêmement efficaces. 

    La représentation est un succès et donne lieu à de beaux échanges avec le public, certains ayant déjà vu deux ans auparavant, La Douleur dans cette même salle. Une continuité s'installe et Maud est ravie de retrouver les  étudiants poursuivant leur cursus d'apprentissage du Français. 

    20181025_120454.jpg

    20181025_211355.jpg

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

     

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

    0 commentaire
  • L'Amant de Marguerite Duras à Madras en Inde le 25 octobre 2018

    maud Andrieux, Marguerite Duras, TMD, Théâtre Marguerite Duras, Alliance Française de Madras, Inde, India Tour, Chennai,

    La Compagnie du Barrage-Théâtre Marguerite Duras Itinérant s'envolera dans quelques jours pour la Tournée Indienne 2018 du Spectacle L'Amant de Marguerite Duras mis en scène et interprété par la comédienne Maud Andrieux. Cette adaptation issue des romans L'Amant et L'Amant de la Chine du Nord, sera jouée à Chennai, Chandigarh, Pune, Bombay, au Qadir Ali Baig Theatre Festival d'Hyderabad et à L'Alliance Française du Bengale à Calcutta. Très heureux de partager avec le public du Réseau Alliances Françaises en Inde, ce texte d'une si grande beauté, nous donnerons également à notre public Français des nouvelles par le site mais aussi via le facebook de la Cie du Barrage. A très vite, Frédéric Galy Président

     

    http://madras.afindia.org/french-theatre-play-with-english-subtitles/

    1 commentaire
  • 23èmes Rencontres Marguerite Duras de Trouville-sur-mer les 6 & 7 octobre 2018

    Marguerite_Duras_Oct_2018.jpg

    23èmes Rencontres Marguerite Duras de Trouville

     Le Prix Marguerite Duras 2018 sera décerné par le Président du Jury Alain Vircondelet le 6 octobre 2018.

    La Comédienne Maud Andrieux présentera en lecture Anne-Marie Stretter , le personnage hypnotique de Duras,  avant la projection du film India Song le dimanche 7 octobre à 15h et d'une présentation de l'auteure Jocelyne Sauvard.

    Exposition Photographique, Théâtre, Conférences seront également au programme  de ces rencontres annuelles très attendues.

    220180919_094947.png

     

    0 commentaire
  • Tournée de L'Amant de Marguerite Duras en Inde octobre-novembre 2018

    Maud Andrieux, marguerite Duras, tournée indienne, India tour, alliances françaises

    Le réseau Alliances Françaises en Inde et la Cie du Barrage sont heureux de vous annoncer la tournée Indienne du spectacle L'amant de Marguerite Duras avec Maud Andrieux au mois d'octobre et novembre 2018.

    1 commentaire
  • Duras telle qu'en elle-même Revue Inferno Magazine

    TMD, Duras, La douleur, Maud Andrieux, Duras telle qu'en elle-même, Théâtre Marguerite Duras Itinérant,

    L'article complet ici

    « La Douleur » Marguerite Duras, Maud Andrieux, Cie du Barrage – Théâtre Marguerite Duras (TMD) itinérant, Galerie Atelier Gamaury à Bordeaux , 12 et 13 avril – dans le cadre du mois Marguerite Duras – du 5 au 28 avril – programme complet http://www.theatremd.com

    Duras, telle qu’en elle-même

    Le printemps a ses rituels. À Bordeaux ce n’est pas seulement le vol des hirondelles traversant à l’aplomb du Pont de pierre les ciels chargés de la Garonne qui l’annonce, le retour attendu du théâtre nomade de Maud Andrieux en sonne la venue. De saison en saison depuis bientôt cinq ans, dans le quartier branché des Chartrons, le Théâtre Marguerite Duras fait entendre un mois durant l’œuvre de celle qui prit pour nom le village du sud-ouest où s’enracine la maison paternelle.

    Ce soir-là dans la galerie où le TMD a planté son décor provisoire, le sujet est dur. Sur fond d’époque trouble de l’occupation allemande, l’attente d’une femme, « La Douleur » de l’attente impossible de Robert Antelme, le mari envoyé dans les camps et dont elle est sans nouvelle… Bien des années après, Marguerite Duras a couché sur le papier ces moments d’une vérité sans fard avec la petite musique de l’écriture comme seule arme pour dire ce que les mots en eux-mêmes ne peuvent livrer des affres de l’attente, de la cruauté de l’espoir insensé jusqu’à envier cette jeune femme en pleurs, enceinte d’un homme qu’elle ne reverra jamais, et qui, dans la file d’attente sans fin, relit en boucle la dernière lettre qu’il lui a adressée. « Elle au moins, elle n’attendra plus », dit-elle.

    Ce récit se mêle à l’autre, celui de ses rapports avec « Monsieur X. dit ici Pierre Rabier », l’agent de la Gestapo avec lequel elle eut un commerce des plus troubles. Fasciné par l’intellectuelle qu’elle était, lui qui était entré dans la police politique du IIIème Reich faute d’avoir pu ouvrir une librairie de livres d’art, séduit par sa beauté d’alors – même si les ravages de l’alcool à venir avaient comme par avance marqué son visage -, il entretint des rapports de séduction avec celle qui s’en satisfit au prétexte d’obtenir de lui des renseignements sur le lieu de détention de son mari dont le sort semblait lui appartenir. Entre attirances et répulsions, leurs relations vont venir recouvrir l’autre drame intime faisant de cette situation limite un maelström déchirant.

    « Face à la cheminée, le téléphone. A droite, la porte du salon et le couloir. Au fond, la porte d’entrée. Il pourrait revenir directement, il sonnerait. Il pourrait également téléphoner, « Je suis à l’hôtel Lutetia pour les formalités ». Ce sont des choses qui sont possibles. Il n’y a pas de raison particulière pour qu’il ne revienne pas. Il n’y a pas de raison pour qu’il revienne. » Dès les premières paroles égrenées, la magie opère… Maud Andrieux, émergeant de la pénombre d’une mémoire aussi troublée que troublante, s’assoit pensivement dans un fauteuil devant un guéridon où se détache un téléphone d’époque. Elle va tenter de dévider les fils de cette histoire mouvante en elle comme si dans une autre existence peut-être, elle s’en souvient secrètement, elle fut cette femme nommée M.D. Viendra aussitôt culbuter ce temps d’avril 45, celui du matin du 6 juin 44, dans la prison de Fresnes où elle était venue apporter un colis destiné à son mari, arrêté le 1er juin par la Gestapo. Quelques jours plus tard, en recherche toujours d’un permis pour envoyer ce fichu colis de vivres, elle tombera sur un certain Pierre Rabier, l’agent qui procéda à l’arrestation d’un certain Robert L. [Robert Antelme] impliqué dans l’affaire de la rue Dupin.

    A plusieurs reprises, viendront entrecouper le récit dévidé, les voix off de Pierre Rabier et de Marguerite Duras, comme des irruptions de la mémoire à vif dans le présent tourmenté de l’écriture. Les fragments de conversations s’invitent… Rabier ne supportant pas son silence mais n’ayant par ailleurs aucun scrupule d’arrêter et d’envoyer à la mort ses prises ; la photo de François Morland, le chef de réseau qu’il lui est sommé de reconnaître en échange de la libération de son mari. Viendront aussi s’inviter dans la mémoire recomposée les débris d’histoires éclatées comme celle de Mme Kats qui pendant plus de six mois avait lavé, repassé, rangé soigneusement les vêtements de sa fille handicapée, pour que tout soit prêt à son retour du camp où elle avait été envoyée, ces petits riens dérisoires qui scandent l’attente des femmes de tous les temps. Et puis le dernier rendez-vous près de la Gare Saint Lazare, résonne en voix off la conversation dans le restaurant où la défaite de l’Allemagne nazie est annoncée, mais où sa résignation à lui n’est pas de mise tant il est dans le déni de la perte d’un rêve de grandeur folle.

    Pierre Rabier fusillé, le retour de la paix claque comme une injonction d’oubli, un ordre souterrain de fabriquer à son corps défendant le rejet mnésique de ce qui appartient à l’inoubliable… Enfin ce jour de mai, la sonnerie du téléphone. La voix rapide de François Mitterrand au bout du combiné. L’épilogue. Le retour d’une forme flottant entre la vie et la mort. Une plage en Italie l’été suivant… « Il n’est pas mort aux camps de concentration », dernières paroles avant que le noir final n’engloutisse le visage illuminé de Maud Andrieux et avec lui, la fin d’un voyage immobile au centre de l’impensable.

    Sur une petite musique lancinante et sur fond des clairs-obscurs savamment étudiés de Frédéric Paquet, Maud Andrieux, sensuelle et sensée « interprète » de Marguerite Duras, directrice artistique de la Compagnie du Barrage, se coule avec grande finesse et intelligence raffinée dans les plis secrets de la psyché de M.D. pour en exhaler les parfums sombres et enivrants, la colère et la détresse. Entre elle et l’auteure de L’Amant et de La Douleur, il y a comme une évidence, celle d’une rencontre la boétienne, « parce que c’était elle, parce que c’était moi », correspondances électives qui portent jusqu’à nous la prose envoûtante de l’écrivaine de la rue Saint-Benoît.

    Yves Kafka

    « La Douleur » – Photo Frédéric Galy

    1 commentaire
  • Cette semaine:Dans les coulisses d'India Song Histoire d'un film Culte par Alain Vircondelet le 26 avril 2018 à 20h

     

    alain vircondelet, marguerite duras, biographe, écrivain, india song,

     

    Alain Vircondelet, écrivain et universitaire, est certainement de tous les chercheurs qui se sont penchés sur la vie et l’oeuvre de Marguerite Duras, le pionnier des études durassiennes en France. Premier étudiant à l’avoir fait étudier en Sorbonne (1970), auteur de la première monographie publiée sur l’écrivain (Seghers, 1972), auteur de la première biographie publiée en France et dans le monde, (Bourin /Julliard, 1992), directeur de deux Colloques internationaux de référence (Cerisy-la-Salle et ICP), Président d’honneur de l’Association Marguerite Duras fondée en 1997, et Président du prix Marguerite Duras de Trouville, composé d’un jury d’exception, il lui a consacré pas moins de six ouvrages. Il est également le biographe reconnu d’Albert Camus (Prix Méditerranée de l’Essai, Fayard), de Saint-Exupéry (Prix Paris-Match, Fayard), de Séraphine de Senlis (Prix Bel Ami et Grand Prix de la Ville de Limoges, Albin Michel), de Françoise Sagan (Flammarion), de Charles de Foucauld (Le Rocher), de Blaise Pascal (Flammarion) et d’Arthur Rimbaud (Le Rocher). Tous ses travaux sont traduits en plusieurs langues.

    Alain Vircondelet nous fera part lors de cette soirée unique, de la préparation et de la sortie du film India Song. Il a notamment accompagné Marguerite Duras dans les cinémas qui diffusaient le film en 1975. Le film sera récompensé par le Prix de l'Association Française des Cinémas d'Art et d'Essai. La particularité du film se situe entre autres, dans la désynchronisation de ce que Duras appelait "le film des voix" et " le film des images". En effet, les personnages ne parlent jamais en son synchrone in, leurs paroles ne sont accompagnées d'aucun mouvement des lèvres.

    Cette soirée spéciale s'inscrit dans le Triptyque India Song de cette saison TMD 2018. Le Cinéma Utopia St Siméon proposera au mois d'avril le film India Song de Marguerite Duras en version restaurée pour la première fois et Le TMD présente également Anne-Marie Stretter, le Personnage Vénitein de l'oeuvre de Marguerite Duras- Lecture Théâtrale créée pour L'Alliance Française de Venise et interprétée par la comédienne Maud Andrieux les 5, 18 et 28 avril 2018 à 20h

    Soirée entretien et lectures avec Alain Vircondelet & Maud Andrieux le 26 avril à 20h

    Ouverture des portes 19h30

    0 commentaire
  • Cette semaine: M.D. de Yann Andréa avec Catherine Reillat-Pesquer le samedi 14 et le mercredi 25 avril 20h

     

    catherine.jpeg

     

     

    Entré dans la vie de Marguerite Duras au cours de l'été 80, Yann Andréa n'en est plus sorti. Parmi les expériences sombres de cet amour qui s'est tenu au bord de l'absolu, il y a l'usage de l'alcool, au point de devoir subir une cure à l'hôpital américain en 1982.

    M.D. est le récit par Yann Andréa de cette traversée de "la chambre bleue". Catherine Reillat-Pesquer, grand amoureuse de littérature du XXème siècle, choisit avec exigence les extraits qu'elle donne à écouter au public, seule en scène, et les transmet avec passion.

    Adaptation et lecture: Catherine Reillat-Pesquer

    Création sonore et  lumière: Frédéric Paquet

    Spectacle Le Samedi 14 avril et Mercredi 25 avril 2017 à 20h

    Ouverture des portes 19h30

    0 commentaire
  • Cette semaine: Anne-Marie Stretter, Le Personnage Vénitien de l'oeuvre de Marguerite Duras avec Maud Andrieux le jeudi 5 avril, mercredi 18 avril et samedi 28 avril 2018 à 20h

    Maud Andrieux, Anne-Marie Stretter, TMD, Marguerite Duras, Le Vice-consul, Le ravissement de Lol V. Stein

     

    Modèle féminin durassien, figure de femme fatale, solaire et centrale, Anne Marie Stretter perd les hommes...
    A travers des extraits choisis de India Song, Le Vice-consul, Son nom de Venise dans Calcutta désert, Le Ravissement de Lol. V. Stein, Maud Andrieux, metteur en scène et comédienne, qui dédie son travail depuis 15 ans aux œuvres de Marguerite Duras et la joue en France et à l'étranger ( Vietnam, Cambodge, Népal, Inde,Turquie, Maroc, Italie...) mettra en lumière ce personnage sulfureux, fascinant, à l'aura à la fois tragique et sacrée.
     
    - Certaines femmes rendent fou d'espoir, vous ne trouvez pas? 
    Le Vice-consul regarde vers Anne-Marie Stretter qui, une coupe de champagne à la main, écoute distraitement quelqu'un. 
    - Celles qui ont l'air de dormir dans les eaux de la bonté sans discrimination... celles vers qui vont toutes les vagues de toutes les douleurs, ces femmes accueillantes.                                                                                          
                                                  Le Vice-consul de Marguerite Duras
     
    Choix des textes, Adaptation et Lecture : Maud Andrieux
     
    Création Lumières et décor: Frédéric Paquet
     
    Cette Lecture Théâtrale créée pour L'Alliance Française de Venise s'inscrit dans le Triptyque India Song de cette saison TMD 2018. Le Cinéma Utopia St Siméon proposera au mois d'avril le film India Song de Marguerite Duras en version restaurée pour la première fois. Le TMD accueillera le biographe et ami de Marguerite Duras, Alain Vircondelet, pour une soirée unique le 26 avril à 20h intitulée Dans les coulisses d'India Song - Histoire d'un film culte. 
     

    Spectacle les Jeudi 5 avril, Mercredi 18 avril et Samedi 28 avril 2018 à 20h

    Ouverture des portes 19h30

    0 commentaire
  • Saison TMD Itinérant 2018

    Chères Spectatrices, Chers Spectateurs,

    Toute l'équipe du TMD Itinérant se joint à moi pour vous souhaiter une très belle année 2018 pleine de joie et d'émotion! Nous aurons le plaisir de vous retrouver pour une nouvelle saison au mois d'avril. Cette nouvelle immersion Durassienne vous proposera des spectacles pépites à découvrir et à redécouvrir. Un Triptyque autour d'India Song: Anne-Marie Stretter, personnage Vénitien récurrent de l'oeuvre de Marguerite Duras sera mis en lumière à travers 3 représentations, Alain Vircondelet le célèbre auteur et biographe qui lui a consacré 14 ouvrages, nous livrera lors d'une soirée exclusive,  les coulisses de ce film-culte :l'écriture du scénario, le tournage et sa sortie en salles qu'il a accompagné avec Michael Lonsdale. Le Cinéma Utopia, partenaire de l'événement, projettera pour la première fois India Song en version restaurée. Enfin, Catherine Robbe-Grillet et Beverly Charpentier reviennent jouer Savannah Bay pour notre plus grand bonheur.  Le TMD Itinérant poursuivra sa route à l'automne par une belle tournée en Inde avec L'Amant-L'Amant de la Chine du Nord de Marguerite Duras... A très vite ! 

    Maud Andrieux

    Verso depliant 2018.jpg

    Screenshot_2018-01-08-09-44-59-1.png

    0 commentaire
  • Spectacle L'Amant-L'Amant de la Chine du Nord / Maud Andrieux / Compagnie du Barrage le vendredi 6, le mercredi 11 et jeudi 19 avril 2018 à 20h

    l'amant de marguerite duras,maud andrieux,théâtre

     

    Maud Andrieux interprète l’œuvre qui fit connaître Marguerite Duras au grand public en recevant le prix Goncourt.

    «La voix captivante de Maud Andrieux se love dans les plis de la prose Durassienne pour faire entendre la petite musique de cette écriture fascinante. Ainsi soutenue par une composition musicale subtile et cristalline que l'on doit à Marco Gomes, la mise en jeu sensuelle de Maud Andrieux nous transporte dans l’Indochine des années 30 qui, comme un paysage qui émergerait de l’oubli, voit ses contours se dessiner au gré des mots égrenés. L’Indochine de Duras est là, bien vivante, à portée de nos sens.» Yves Kafka Inferno Magazine

    Ce qui est particulièrement intéressant dans l'histoire de Duras c'est le renversement qui s'opère entre le statut de colons français respectés, tant que le père de Duras est encore présent en Indochine, à celui de laissés pour compte, après sa mort, et qui les met presque au même rang que celui des indigènes du Delta du Mékong.  Véritable découverte érotique et sensuelle, Duras restera imprégnée de cette expérience toute sa vie et s'inspirera de ce cadre indochinois jusqu'au ressassement. Le spectateur immergé dans cette France des colonies, voyagera au cœur de l'écriture autobiographique de Duras tout en restant fasciné par la musicalité de ses textes, bouleversants de justesse.

    Lire le Dossier de Presse

    Textes extraits de L'Amant, L'Amant de la Chine du Nord de Marguerite Duras

    Adaptation théâtrale Maud Andrieux

    Mise en scène et Interprétation: Maud Andrieux

    Création Sonore: Marco Gomes

    Création Lumière: Frédéric Paquet

    Photographie: Sylvain Norget

    Spectacle les Vendredi 6 Avril, Mercredi 11 Avril et Jeudi 19 Avril 2017 à 20h

    Ouverture des portes à 19h30

    Ce Spectacle partira en tournée en Inde dans le réseau Alliances Françaises du 19 octobre au 10 novembre 2018 à Madras, Chandigarh, Pune, Hyderabad, Calcutta, Pondichéry...

    0 commentaire